L’interview gourmande de Vincent Glad

9

Homme de plume, le journaliste Vincent Glad s’est fait connaître du grand public avec une chronique web au Grand Journal de Canal+. Retrouvez aujourd’hui ses papiers sur Slate, les Inrocks ou encore GQ, et écoutez sa douce voix sur le Mouv’.
Il partage ses bonnes adresses avec Le Grumeau – de sa pizza favorite à son café fétiche -, nous fait part de ses aptitudes en cuisine (limitées) et en vietnamien (plus poussées).

alt="vincent glad interview"

Le Grumeau : Ta drogue comestible ?
Vincent Glad : J’ai un petit délire en ce moment avec les desserts vietnamiens, le Chè bánh lot, le Chè đậu đỏ ou le Chè ba máu. Des trucs aux couleurs, aux textures et au goût complètement improbables mais tellement bons quand on fait un petit effort d’adaptation. C’est marrant : ces desserts ne renvoient quasiment aucun résultat en français sur Google. Les terres vierges de la gastronomie, à découvrir à Chinatown dans le 13e.

Le G Ta cantine à Paris ?
V. G. : Le KookaBoora à Pigalle, en haut de la rue des Martyrs. C’est un petit café squatté essentiellement par des étudiants étrangers rivés sur leur MacBook. J’y vais souvent pour travailler et profiter de leur excellent café et de leur non moins solide wifi. Mais aussi et surtout pour leur menu midi à 12€, avec un sandwich délicieux (qui m’a réconcilié avec le sandwich veggie) accompagné d’un dessert et d’un jus de fruit maison.

kooka-boora-cafe-paris

© www.crousty.fr

Le G : Ton endroit préféré pour prendre un verre ?
V. G. : Le Lockwood, un nouveau café à Sentier, qui fait bar à cocktails le soir. Sinon, plus roots, le bon vieil Autobus à Oberkampf, le bar où on te sert des pastis de 20cl à 3€.

Le G : La pizza que tu serais capable de manger jusqu’à la fin de ta vie ? Où la trouver ? 
V. G. : Le pizza Ronzatti chez Il Brigante, dans le 18e. Mais j’arrêterais peut-être à partir de 50 ans, pour garder mes veines en état.

Le G : Un restaurant qui te fait voyager ? 
V. G. :  Pour voyager, je vais dans l’extraordinaire quartier indien de La Chapelle, Little Jaffna. Il y a plein de restos très cool et très peu chers. Ma préférence va au Krishna Bhavan, un resto qui te calme pour la journée, et ce pour 7€. C’est du vrai indien, avec des Parothas, du Thali et du Lassi mangue, rien à voir avec l’indien francisé qu’on te vend traditionnellement dans nos centre-villes.

krishna-bhavan

© tripadvisor

Le G : Si tu pouvais inviter n’importe qui à diner, qui choisirais-tu ? Où iriez-vous ?
V. G. : J’inviterais Michel Houellebecq et comme de toute façon, il n’est pas trop en mesure de bouger, on irait juste à côté de lui dans le 13e, à Chinatown. Chez Quan Ngon, une cantine vièt sur la dalle des Olympiades. Le pire décor de la terre, la meilleure bouffe possible.

Le G : Un hôtel pour te ressourcer en dehors de Paris ?
V. G. : Aucun. Je suis définitivement de la #teamAirbnb.

Le G : Le dernier plat que tu as cuisiné chez toi ?
V. G.: Des tomates-mozza, selon la recette orthodoxe publiée par Slate. Et à vrai dire, mes compétences cuisinières s’arrêtent un peu près là.

3828135161_9fd9e5b15d_b

© Sporkist

Le G : Où vas-tu pour un dîner romantique ? 
V. G. : Au Square Gardette, dans le square éponyme dans le 11e. Un bistrot gastronomique très joli et très bon.

Le G : Ta toute dernière découverte gourmande ?
V. G. : Le bibimbap, le plat de tous les jours des Coréens, une grande assiette de riz, avec de la viande et des légumes. Les deux meilleurs que j’ai trouvé, en version fast-food à emporter : chez Jules et Shim, au bord du Canal Saint-Martin, et chez Ma Kitchen, à Poissonnière.

Pour retrouver Vincent Glad, c’est par ici.

Newsletter

Share.

About Author

Co-fondatrice du Grumeau, Alice parcourt inlassablement Paris (et le monde) à la recherche des dernières bonnes adresses.

9 commentaires

  1. Haaaaan mais on sort QUASI aux mêmes endroits (j’avoue le 13ème est un quartier inconnu pour moi) et je l’ai jamais croiséééééé *déception* ! bravo pour l’itw en tout cas !

  2. Pingback: Vincent Glad, l'interview gourmande : toutes se...

  3. Micheline on

    Je connais à peine Vincent : j’ai juste eu l’occasion d’écouter quelques chroniques sur Canal +. Je l’avais trouvé un peu coincé avec le dernier bouton de sa chemise à carreaux fermé (pas sur la photo). Encore l’occasion de vérifier que l’habit ne fait le moine.
    Ses choix très cosmopolites en cuisine le prouvent.
    Interview bien mené

Leave A Reply