STREET BANGKOK LOCAL FOOD : LA CUSINE THAÏ S’ENCANAILLE À PARIS

6

Encore un p’tit gars d’école de commerce qui se lance dans le secteur food, ça sent le réchauffé ? Et pourtant, ici le micro-ondes est banni. Rappelez-vous, deux anciens HEC lançaient en grande pompe le Big Mamma Group (Ober Mamma et East Mamma) il y a quelques mois, et c’est maintenant au tour de l’ex-ESSEC Norman Kolton de s’essayer aux fourneaux. Cette fois dans le registre de la street food thaïlandaise. Une nouvelle fois, le loustic est à la hauteur du challenge et le résultat surpasse même nos attentes. Street Bangkok Local Food — un nom à rallonge, pour un plaisir instantané je vous rassure — est une adresse comme on aimerait en croiser à chaque coin de rue : propositions resserrées, plats savoureux qui respirent l’authenticité et addition dégraissée.

street food thai parisstreet food thai paris

Le décor est résolument décalé avec ses échafaudages démesurés. N’étant ni fan du BTP, ni de l’ambiance indu, je reste perplexe ; mais le lieu a le mérite de bousculer nos habitudes et recrée un comptoir de rue. Allez, soyons cool. On sourit.

QUAND LA STREET SE THAÏ UNE RÉPUTATION

Pour une dizaine d’euros, mon déjeuner se compose d’une salade, de brochettes de poulet, de riz et de citronnade maison. Le tout est généreux et copieux. La salade au porc chatouille les papilles, piquante et relevée à souhait. Ça rappelle la sincérité qui nous avait tant séduits chez Pok Pok à Brooklyn. Pas de fioritures, mais des parfums qui vous envoient une gifle : céréales, herbes fraîches et surtout saucisse de porc épicée à souhait.
La citronnade maison a aussi un caractère bien trempé — gingembre, citron vert, sucre de coco et menthe. Trop pour moi. J’ai toujours préféré les calmes aux hystériques. Mais c’est bien le seul bémol de ce déjeuner.

street food thai parisstreet food thai paris

On remonte en gamme avec les brochettes de poulet satay. La bonne idée des cuistots ? Mariner les blancs de poulet dans du lait de coco pour un résultat d’une tendreté exemplaire. La sauce, quant à elle, n’y va pas par quatre chemins. Rentre-dedans et franche, elle exhale des parfums de cacahuètes à vous envoyer direct en Asie sans passer par Charles de Gaulle. Associés à la pâte de curry et au lait de coco, ça donne un ensemble est dense, suave, enrobant comme jamais.

street food thai parisstreet food thai parisstreet7

Street Bangkok vous offre le meilleur de la street food avec des compositions énergiques et des saveurs qui rebondissent dans tous les sens. Ça suscite chez nous un enthousiasme qu’on n’avait pas retrouvé depuis le fameux poulet frit de Hero. À la carte aussi ? Un curry du jour et de l’échine de porc grillée.

UN BON COUP ?

Oh que oui. On ressort d’ici le rose aux joues, réveillés par les épices et la générosité de cette street food thaï sans concession.

L’addition : menus de 10 à 15€. 

_____________________________
STREET BANGKOK LOCAL FOOD
3 Rue Eugène Varlin
75010 Paris
01 42 05 22 51
Quartier : Quai de Jemmapes/Colonel Fabien/Château-Landon/Gare de l’Est
7.3 courez-y

    About Author

    Co-fondatrice du Grumeau, Alice parcourt inlassablement Paris (et le monde) à la recherche des dernières bonnes adresses.

    6 commentaires

    1. Alors lequel de vous 2 y est allé?
      L’adresse m’a beaucoup impressionné aussi lors de leur ouverture, je craignais qu’elle baisse en qualité avec le succès prévisible. Apparemment, il n ‘en est rien.
      Chaque spécialité est l’oeuvre d’un cuisinier en propre, un pour le riz (sucré ou salé), un pour les bouillons, un pour les cuissons minutes. Et les recettes on été élaborées par la chef du Mandarin Bangkok. Plus l’approvisionnent en frais auprès d’artisans.
      Du coup, le tour de force est le tarif. Et pourtant… Les critiques habituelles et faciles apparaissent, reprochant des prix plus élevés qu’en Thaïlande… Comme si on pouvait comparer…
      Et même si Norman et son frère sont « diplômés » made in France, leur vie se partage entre Bangkok et Paris, dans une famille vouée à la nourriture de qualité. Dont acte!

    2. Tout ça a l’air très bon et merci pour le billet mais heu, la « tendreté « ? Sans déconner?

      • Hello Vinzz ! La tendreté est bien le terme qui doit être utilisé pour caractériser les denrées alimentaires. Mais si c’est de la tendresse que tu recherchais, je te conseille d’aller sur Meetic ou Tinder.

    3. Ça m’avait paru un peu cheap de l’extérieur, voire pas authentique, mais je me suis bien ravisé depuis et j’y suis même retourné. Entre l’exotisme de qualité et le tarif honorable, on aurait tort de se priver !

    Leave A Reply

    Lire plus :
    3 GLACES À DÉGUSTER DE TOUTE URGENCE À PARIS

    Youpi. C'est la saison des boules, de pétanque mais surtout de glace. Revêtez votre plus belle chemisette hawaïenne,...

    stephane siseng bao burger
    LE BAO BURGER PAR STÉPHANE SISENG, LA JUNK FOOD SE LÈVE À L’EST

    Avant de devenir le resto-bobo-concept qui fait courir les Parisiens au quai de Jemmapes, Siseng est avant tout...

    Fermer