Rencontre avec la chef japonaise Sakura Franck

Il y a quelques semaines seulement, le pater partageait avec moi une de ses bonnes adresses. A l’ombre du boulevard Raspail, rue Stanislas, nous nous attablons Sous les Cerisiers.
La déco est zen mais c’est surtout la carte qui nous intéresse. Le bento à 19€ [servi à l'heure du déjeuner] est une vraie bonne affaire. La soupe miso est très savoureuse, à la fois concentrée en goûts et délicate. La pièce maîtresse arrive ensuite : un bento généreux qui se compose de petites portions épatantes.

alt="sakura franck sous les cerisiers"

Au programme, il y avait des sushis à l’assiette d’une belle fraîcheur, des nouilles de sarrasin soba au thé vert, des sashimis de daurade et une rafraîchissante salade de saumon mariné. En dessert, le sabayon de fruits exotiques est plaisant même si la crème prend le pas sur la saveur des fruits.

Nous sommes alors partis à la rencontre de la merveilleuse chef japonaise derrière les fourneaux. Sakura Franck ne fait pas le buzz mais les habitués de son restaurant ne s’y trompent pas, c’est une solide référence de la cuisine nippone à Paris. Elle a aimablement répondu à nos questions.

alt="sakura franck sous les cerisiers"

Le Grumeau : Pourquoi vous êtes-vous installée en France ?
Sakura Franck : J’ai commencé la cuisine très tôt, vers l’âge de dix-sept ans, j’ai beaucoup voyagé avant de me décider pour la France, notamment en Asie et aux Etats-Unis. En France, j’ai eu l’opportunité de travailler auprès de prestigieuses maisons où j’ai beaucoup appris [Sakura Franck a notamment travaillé chez Ledoyen ndlr].

Le Grumeau : Pourquoi avoir créé une école de cuisine, en parallèle de votre restaurant ?
S.F. : Il y a peu d’écoles de cuisine dédiées à la gastronomie japonaise et asiatique en générale, j’ai créé Suhou en 2002 et c’est extrêmement enrichissant pour moi. J’ai la chance d’enseigner à la fois à des amateurs et à des professionnels qui viennent pour se familiariser avec la gastronomie japonaise.

Le Grumeau : Votre carte associe souvent des saveurs japonaises et françaises, pourquoi ce choix ?
S.F. : C’était comme une évidence car même si ce sont des cuisines très différentes, elles sont complémentaires. La cuisine française attache de l’importance à l’élégance et le mariage des saveurs, tandis qu’au Japon il est primodial de retrouver chaque saveur individuellement dans l’assiette.

SOUS LES CERISIERS
12 Rue Stanislas
75006 Paris
01 42 77 46 24
Quartier : Saint-Placide/Montparnasse/Notre-Dame-des-Champs/Vavin

Newsletter

Written by

Vous êtes insatiable ? Consultez d'autres articles :

Tags:

3 Responses to “Rencontre avec la chef japonaise Sakura Franck”

  1. Micheline
    23/03/2014 at 08:24 #

    Interview discrète : sa cuisine ne demande qu’à être goûtée et savourée

Trackbacks/Pingbacks

  1. Sakura Franck, Sous les Cerisiers : rencontre a... - 18/03/2014

    […] Sakura Franck est la chef du restaurant japonais Sous les Cerisiers, rue Stanislas à Paris. Nous l'avons rencontrée pour une interview gourmande !  […]

Leave a Reply