GARE AU GORILLE : MÊME PAS PEUR !

5

Gare au Gorille a ouvert ses portes il y a quelques semaines à peine, et pourtant c’est déjà un poids lourd de la bistronomie à Paris.

restaurant gare au gorille paris

Une déco plutôt élaborée pour des primates

restaurant gare au gorille paris décoUne fois n’est pas coutume, on se dirige vers l’ouest, aux confins de la jungle parisienne, à quelques pas de la Place de Clichy. Le cadre est soigné : façade en carreaux blancs, salle toute en longueur, déco brute et luminaires en métal avec ampoules incandescentes. Rien que pour ça, c’est un prix Fooding assuré à la fin de l’année (mais Soma sera un solide concurrent). Le menu est court mais au moins on a le choix — par les temps qui courent, c’est un luxe d’échapper au menu imposé.

Saveur et équilibre au rendez-vous

Pour patienter, ne passez pas à côté de la terrine de canard, élément indissociable de la culture bistrotière ; celle-ci est réalisée avec des magrets de canard fumés et fond dans la bouche comme du beurre.

En cette froide journée, le velouté de butternut, oeuf poché et hareng fumé s’imposait. L’équilibre des parfums fonctionne à merveille ; la rondeur du butternut s’associe bien avec les notes discrètes de hareng et la consistance d’un velouté tout en richesse est à tomber. Moins saisissant, mais bien agréable, le maquereau présenté à l’état brut. Pas d’arrête, mais juste une jolie chair nacrée qui respire la fraîcheur, taquinée de poireaux un poil coriaces et de moutarde pour un shot de vivacité.

restaurant gare au gorille paris

restaurant gare au gorille paris

L’intitulé du plat laisse songeur : volaille, sauce césar et salade Trévise. Non, vous n’êtes pas chez Casino Cafétaria. La volaille, un beau filet juste doré et une poitrine en légère sous cuisson, se marie bien avec la sauce césar. Seul bémol, la salade Trévise fait de la figuration dans un plat chaud où des pommes de terre grenailles auraient dû être des titulaires indiscutables. Moi qui croyait que notre Gorille était malin comme un singe.

restaurant gare au gorille paris

Le finish est fantastique, une belle ganache au chocolat sur un lit de cacahuètes concassées, et surmontée d’une glace au miel toute en subtilité. La texture de la ganache est parfaite ; et encore une fois, les associations de saveurs sont efficaces. Un dessert qui rappelle la ganache au chocolat de Yard, en mieux.

restaurant gare au gorille paris

Un quasi sans faute qui n’a rien du hasard car les deux jeunes talents derrière Gare au Gorille — Louis Langevin et Marc Cordonnier — sont passés par Septime et l’Arpège pour fourbir leurs armes. On n’apprend pas aux vieux singes à faire la grimace.

L’addition : on ne paie pas en monnaie de singe ici, c’est 25€ tout rond à l’heure du déjeuner, autour de 40€ le soir.

• GARE AU GORILLE •
68, rue des Dames
75017 Paris
0142942402
Quartier : Rome/Villiers/Clichy/Batignolles

7.5 Convaincant

Gare au Gorille est un restaurant d'exception à la cuisine originale et sans complexe. Le chef est un ancien de chez Septime, il délivre des assiettes soignées et gourmandes. Bref, une belle pépite aux Batignolles.

  • Qualité 7
  • Ambiance 8
  • Prix 7.5

About Author

Co-fondatrice du Grumeau, Alice parcourt inlassablement Paris (et le monde) à la recherche des dernières bonnes adresses.

5 commentaires

  1. Micheline on

    Très jolies photos aussi alléchantes que le prix !
    Bravo à vous, les dénicheurs de bonnes adresses

    • Bien heureux en effet que cette tendance n’est-ce pas gagne enfin nos bastions bourgeois. Avec mon épouse n’est-ce pas nous habitons dans le 8eme et pouvons enfin découvrir cette nouvelle cuisine, ce sans risquer notre vie ni avoir à supporter les conversations creuses de ces barbues irsutes de « hipsters ». Cela fait du bien de voir que notre racisme social est partagé, nous aimons beaucoup faire des grosses catégories aussi. Nous avons à notre catalogue : les racailles, les pouilleux, les bobos et les hipsters. Nous sommes ouverts à toute proposition nous permettant de classer les passants que nous croisons.

  2. The place to be! Je viens de lire un article sur ce resto sur le blog de Mamie Boude, il a l’air très tentant !
    Si en plus le Grumeau confirme… !

Leave A Reply

Lire plus :
BOB’S BAKE SHOP, UN TRÈS BON SPOT DU XVIIIème

Pour ouvrir un gigantesque coffeeshop dans le XVIIIème il faut être fou ou visionnaire. Marc Grossman n’a rien d’un...

L’Alchimiste, un bar qui a enfin trouvé la formule magique

Amis bordelais, vous êtes sacrément chanceux parce que l'Alchimiste fait partie de ces bars que le reste de...

Fermer