LAURENT FAVRE-MOT : LA PÂTISSERIE N’A PAS DIT SON DERNIER MOT

8

À Paris, on croyait avoir tout vu de la pâtisserie hexagonale, des adresses monoproduits (choux, profiteroles, cookies, sablés, poudre à perlimpinpin bientôt) aux adresses de cuisiniers (Savoy, Piège ou encore Lignac) en passant par les échoppes des plus tradis au plus trendy. Et pourtant. Il nous fallait un drôle de loustic venu tout droit de la cité phocéenne pour secouer le paysage de la saccharose parisienne. Son nom ? Laurent Favre-Mot.

laurent favre mot pâtisserie

En plein coeur du quartier Saint-Georges, les bras tatoués et le visage orné d’une généreuse barbe, le gaillard se fond dans son nouvel environnement comme un hipster à Bushwick. Ne cherchez ni les inspirations sudistes ni l’accent chantant ici, la déco brute et industrielle, comme les gâteaux et l’atmosphère du lieu, sont on ne peut plus contemporains. Côté prix, on est plutôt dans la tranche basse des pâtisseries parisiennes (5€-6€ en moyenne). Alors on se laisse vite tenter par les créations identitaires et incisives de Laurent Favre-Mot, qui offre un lifting à la pâtisserie parisienne sans jamais faire de concession sur la qualité.

LE SNICKERS VERSION PÂTISSIER : ÇA ENVOIE DU BOIS

Le pâtissier s’amuse des codes junk avec des visuels et des associations de produits bien sentis : club sandwich version sucrée, snickers revu et corrigé en mode pâtisserie boutique et autres pousse-au-crime pour adulescents en hypoglycémie. Ô surprise, le snickers est bien balancé en sucre, pas écoeurant, et on devient finalement vite accro à son imparable association chocolat au lait, coeur caramel et cacahuètes.
Le travail des textures est très bien vu ; entre le croustillant de la base sablée, le soyeux de la ganache chocolat, la densité du caramel et le croquant des fruits secs, on en oublie la fade barre qu’on boulotait les soirs de déprime.

laurent favre mot pâtisserielaurent favre mot pâtisserie snickers

LE DERNIER MOT APPARTIENT AUX ENTREMETS

Le vrai tour de prestidigitateur arrive avec la suite. La spécialité de Laurent Favre-Mot, la tartelette vanille et pécan est tout à fait remarquable. Joufflue comme le derrière d’un nourrisson et recouverte d’un manteau immaculé qui donne envie d’enfoncer sa cuiller dans ce glaçage aussi parfait qu’une patinoire, le visuel est ultra engageant. C’est long en bouche et puissamment vanillé. Un régal, diablement bien équilibré entre la puissance végétale de l’épice et la gourmandise de la noix de pécan, entre une crème dense et une mousse plus aérienne.

laurent favre mot pâtisserie vanille pecanlaurent favre mot pâtisserie vanille pecan

Chaque semaine, le pâtissier propose un éphémère. Par définition vous ne pourrez donc pas retrouver celui que nous avons goûté. Et je vous plains, car cet entremet est tout simplement l’un des meilleurs que j’ai jamais goûtés. L’agrume est à la fête avec un combo citron noir, bergamote et fleur d’oranger.
Nous n’avons pas marché sur la lune malgré le graphisme qui rappelle son sol, mais presque. L’objet est lunaire, d’une fraîcheur incroyable et parfaitement harmonieux, entre la générosité du biscuit sablé et le jeu d’acidité des différents agrumes.

laurent favre mot pâtisserielaurent favre mot pâtisserie

UN BON COUP ?

Une vraie claque, alors courez-y. Par chance Laurent Favre-Mot concocte un gâteau éphémère chaque semaine, une bonne raison de retourner encore encore chez ce pâtissier à la créativité délirante.

L’addition : 4,50€ à 7€ le gâteau individuel, environ 1,50€ de plus pour la dégustation sur place. 

_____________________________
LAURENT FAVRE-MOT
12 Rue Manuel
75009 Paris
Quartier : Saint-Georges/Pigalle/Martyrs/Cadet/Notre-Dame-de-Lorette
8.5 courez-y
  • qualité 8.5
  • Prix 8.5

About Author

Co-fondatrice du Grumeau, Alice parcourt inlassablement Paris (et le monde) à la recherche des dernières bonnes adresses.

8 commentaires

  1. micheline on

    Je ne saurais mieux exprimer ce que j’ai ressenti en dégustant ces gâteaux : sans comparaison possible avec ce qu’on a l’habitude de goûter.
    J’y retourne dès que je suis dans le quartier et même j’y vais exprès…….Pas facile de se garer, mais la maison vaut le détour.
    Encore une excellente adresse du côté de la rue des Martyrs !

      • Bonjour on devrait plutot l’appeler Laurent Favre MOF…je suis content de voir un article qui decoiffe….je suis cuisinier de metier depuis 25 ans et aucun patissier a Paris ne m’as fait retourner…Zéro création , juste s’adapter a l’existant ou l’améliorer…c’est génial voir meme jouissif….mais les gars bougez….on se croirait retourner au temps de Gouffé qui a lui tout seul vous explose en créativité….

        • Entièrement d’accord Régis, il donne un sacré coup de jeune à la pâtisserie parisienne !

    • Wow, j’étais déjà sous le charme, mais avec un commentaire comme celui de Micheline, on se doit de se rendre sur place pour une dégustation!! 😀

    • Merci pour l’info Smaïn, je suis curieux de voir ce qu’il y aura comme propositions salées. Il ne devrait pas décevoir ce brunch !

Leave A Reply

Lire plus :
Hampe
Le Pas Sage, mention très bien pour cet impertinent bistrot

Dans le passage du Grand Cerf, se niche Le Pas Sage, facétieux restaurant aux allures de bistrot vintage....

beaumarly
La prise de la Bastille par Beaumarly : un déjeuner au Café Français

Il y a près d'un an déjà, Beaumarly -- anciennement groupe Costes -- s'attaquait à la place de...

Fermer