LES BONNES ADRESSES DE RAPHAËLE MARCHAL, DU BLOG EN RANG D’OIGNONS

0

Raphaële Marchal c’est la bombe qui réveille la blogosphère food. Golden Blog Award dans sa besace, elle part à la rencontre de chefs plus décoiffants les uns que les autres et se débrouille toujours pour avoir une adresse d’avance sur nous. Décidément cette fille est épatante. Et si son blog culinaire s’appelle En Rang d’Oignons, Raphaële est loin de faire comme tout le monde. La preuve ici pour une interview Bonnes Adresses à faire fondre un glaçon.

RAPHAELE MARCHAL INTERVIEW

© Nora Houguenade

Le G. : Ta drogue comestible ?
R.M. : La saucisse sèche du restaurant Au Passage avec un verre de Morgon. C’est tout ce que j’aime. Mon QG, ma came, ma dope. Petit shoot « passager » et hop, je repars. Et puis les grimaces d’Edward Delling-Williams et de Peter Orr à travers leur petite fenêtre depuis la cuisine, je ne m’en lasse pas, c’est aussi pour ça que j’y vais tant. Et leurs couteaux. J’adore leurs couteaux.

Le G. : Ton repère anti coup de blues ?
R.M. : Mon remède infaillible contre le coup de blues (ou la grippe, d’ailleurs) c’est l’Ami Jean, aux manettes de l’irrésistible Stéphane Jégo, que j’aime encore plus que son riz au lait. J’ai du y aller une dizaine de fois, c’est une vraie comédie à chaque fois, sa cuisine est pleine d’émotions, sans fausse note, ça hurle de la cuisine à la salle, on n’y croise que les plus grand chefs du monde, je finis toujours pas sympathiser avec la table d’à côté. Ce restaurant c’est mon bonheur. Je vais réserver d’ailleurs !

Le Grumeau : Le restaurant le plus waouuuuh ? Pourquoi ?
Raphaële Marchal: Pfiouuuu la question la plus difficile ! Je dirais GuiloGuilo, pour la constance. Je n’ai jamais été déçue là-bas, je trouve l’expérience, au-delà de l’exactitude des assiettes, fabuleuse. C’est un vrai concert. Douze cuisiniers, douze plats, chacun le sien, et c’est impeccable. Personne ne parle français, ce qui donne une charme fou à un moment déjà très dépaysant. C’est bruyant et musical, touchant et entrainant, j’adore cette adresse, d’une authenticité folle, comme à Tokyo.

popcorn guilo

Le G. : Le spot parfait pour un dîner romantique ?
R.M. : Le restaurant Porte 12, d’une pureté époustouflante. Les assiettes de Vincent Crépel sont limpides, gourmandes, marquées. Le restaurant (de la cuisine à la table en passant par la carte de visite) est magnifique, je pense qu’emmener son +1 là-bas, c’est faire la moitié du chemin de la drague. Bingo.

Le G. : Tu n’as plus qu’une journée à vivre, quel serait ton dernier repas ?
R.M. : Ce serait des calamars à la plancha avec des croquetas au jambon et des piments basques, un verre de Meursault et de l’Appenzell (avec la croûte !)

•••

About Author

Co-fondatrice du Grumeau, Alice parcourt inlassablement Paris (et le monde) à la recherche des dernières bonnes adresses.

Leave A Reply

Lire plus :
FAMILY LI, UN CHINOIS QUI LAISSE PANTOIS

Le Chinois gastro ne fait pas bonne fortune à Paris. Il y a bien quelques restaurants de palaces...

death by burrito avis
DEATH BY BURRITO : PAS SI MORTEL QUE ÇA !

Dans la famille méxicano-bobo, je choisis le dernier né de Shay Ola, Death By Burrito Paris, qui s’éloigne...

Fermer