HUABU : LOIN D’ÊTRE WAOUH

7

Ça mijote comme des choux braisés, ça monte ça monte comme le sucre du caramel.. On porte en bouche.. et ça explose ! La colère nous a gagné et son goût est sacrément amer.

Kristin Frederick huabu

Quand le Camion qui Fume fait un stop rue du Faubourg Poissonnière

Kristin Frederick est à la Street Food parisienne une papesse dont les mets US s’avalent sans se faire prier. Seul problème à l’horizon ? Dès que Kristin abandonne son camion, ses pouvoirs semblent se perdre en route. Kristin passe à la vitesse supérieure et s’arrête par la Chine, dont elle prend les recettes les plus junkies pour en faire un take in / take out. Au comptoir : nems, baozi, wontons et les classiques nouilles, riz, doublés de viandes aux teintes Chinatown.

huabu Kristin Frederick

Des classiques s’arrêtant à la frontière du goût

Riz sauté ? Classique, fade, comparable à celui du traiteur du coin. Nouilles ? À faire trempette dans la sauce, elles ont du mal à séduire. Rapidement écoeurantes, les gros morceaux de chou braisé n’arrangeront en rien l’affaire. Le poulet Kung Pao, énoncé épicé va à contre-sens et prend plutôt la route de la douceur.

Kristin Frederick huabu

C’est à l’arrêt Général Tso que l’on découvrira une belle surprise : le poulet caramélisé, légèrement sésamisé, croustillant et enrobant, il nous mène droit au Panda Express, le fast-food le plus asiatico-junk des states. Les wontons eux, semblent dévier de temps à autres : ces espèces de raviolis frits garnis de cream cheese et ciboulette, que l’on associe à la géniale sauce aigre-douce, sont bien crousti-fondants un lundi, secs et défraichis la semaine qui suit. La route Huabu semble un quelque peu instable.

huabu restaurant paris

Un bon coup ?

Après trois tentatives de dégustation échouées, pointillées par l’humeur narcissique et désagréable du monsieur au comptoir, on aura fini par découvrir la cuisine intrigante mais désappointante du dernier Frederick. Kristin, par contre, avec son sourire sincère lorsqu’on s’installe à table et sa légendaire maîtrise des délices street-food, saura certainement nous faire revenir une fois que son Huabu prendra la route du bon goût.

L’addition : 9,80€ le bol viande + riz/nouille, environ 3,60€ les deux nems ou trois wontons.

HUABU
67 Rue du Faubourg Poissonnière
75009 Paris
+33 1 45 89 16 94
Quartier : Poissonnière/Cadet/Rochechouart

5.7 Dommage

Après le Camion Qui Fume, la tornade Kristin Frederick a encore frappé. Finis les burgers et la sauce barbecue, place au poulet croustillant, nouilles, nems et autres bols de riz. Si Huabu avait de quoi réussir sur le papier, le résultat est décevant : grasses et lourdes, les recettes manquent de raffinement.

  • Qualité 4.5
  • Ambiance 5
  • Prix 7.5

About Author

7 commentaires

  1. Nous y sommes allés quelques jours après l’ouverture en voisins. Grosse déception : la moitié de la carte disponible (uniquement le choix entre 2 plats chauds), présentation bof… Bref nous sommes partis.

    • Ah oui, j’imagine votre déception… J’ai l’impression que Kristin Frederick a voulu tenter le pari de la street-food chinoise à la sauce américaine, c’est appétissant sur le papier mais on n’a pas été convaincus en pratique.

    • C’est exactement le problème que j’ai eu les trois premières fois que j’y suis allée. C’est ultra decevant et ça ne donne aucunement envie..

      C’est bien pour l’article que j’y suis allée, et quand c’est pas engageant ça brise le coeur.

  2. Bonjour tout le monde,
    Désolée si votre expérience n’était pas (encore) au top. Les ouvertures sont toujours très difficile. Je peux vous assurer que on n’a pas arrêté de travailler de faire mieux dans tous les sens. J’espère que vous nous réessayez dans une ou deux semaines quand on est plus confortable dans notre nouvelle cuisine. Merci encore et a bientôt!
    Kristin

  3. Merci pour cet article complet ! Je suis assez d’accord avec toi : c’est gras. J’ai aussi trouvé que cela manquait d’authenticité mais que les serveurs étaient très attentionnés.

Leave A Reply

Lire plus :
Ne repartez plus du Shake Shack sans un dessert

On connaît tous les mythiques burgers de Shake Shack, mais quid des desserts ? C'est compréhensible, après quelques...

Que faire le dimanche à Paris : un brunch Twinkie ?

Dans le quartier des grands boulevards, un de ces dimanches gris d'hiver comme Paris sait si bien en...

Fermer