RESTAURANT BERNARD LOISEAU, is it worth the detour to Saulieu?

0

A FuirWhy not stopping by the restaurant Bernard Loiseau if you’re in Burgundy? The three Michelin Star restaurant is supposed to have maintained its level since the death of Loiseau in 2003. However, we were somewhat disappointed by our dinner a few month ago. It’s like French cuisine hasn’t changed since the 1970s.
I’m being tough: the pan fried foie gras was amazing and the filet of turbot was equally stratospheric. As for the price of the tasting menu, it’s quite a good deal for a three Michelin stars, €165 drinks not included.

De passage en Bourgogne, on ne peut s’empêcher de faire un détour par Saulieu, là ou se trouve le vaisseau amiral Loiseau. La maison a conservé tout son faste ; Dominique Loiseau (la veuve de Bernard) et Patrick Bertron (son fidèle second) ont su perpétuer son héritage. Le cadre est agréable, il marie étonnament bien moderne et classique, à l’image d’une grande cheminée allumée en permanence selon les vœux de feu Bernard lui-même.
On se laisse tenter par le menu dégustation (surtout que ce n’est pas ma carte Moneo qui chauffera mais la Golden Platinium Infinite d’un autre convive).

On entame par les noix de saint-jacques grillées, accompagnées par d’un caviar d’Aquitaine. Petit coup de coeur pour la mousseline de chou-fleur, onctueuse à souhait. Dommage que la cuisson des saint-jacques soit un poil trop nacrée parce que le reste est fameux.

alt="relais bernard loiseau"

Vient ensuite l’escalope de foie gras poêlé. Une figue glacée au vin épicé et un jus aux baies de genièvre complètent l’assiette. On se croirait chez Escoffier n’est-ce pas ?
Le foie gras est bien saisi. La figue a été très généreusement glacée au vin épicé, du coup vous pouvez oublier le jus aux baies de genièvre.

IMG_2639

On enchaîne avec le tronçon de turbot rôti au laurier. Pas de doute sur la méthode de cuisson, quelques secondes de plus et la peau aurait pris feu.
Une petite croustille de pommes de terres fourrée d’une brandade de morue permet au chef de dévoiler sa palette technique, j’ai plus de doute sur l’intérêt gustatif.

IMG_2642

Le festin continue avec  le suprême de pigeon rôti et son jus à l’ail des ours. Dans la même veine que le foie gras, la sauce enrobe bien le pigeon mais c’est diablement lourd. La gelée de betterave n’allège pas vraiment mais c’est bien executé.

IMG_2643

Je zappe le fromage, pourtant un chariot gargantuesque me tend les bras comme il est d’usage dans ces grandes maisons poussiéreuses.
Le premier dessert met en valeur des produits que je retrouve d’habitude chez ma grand-mère : un gâteau de marrons et de coings, avec une note de noix de coco quand même. Je déteste ce terme, très cher à Christophe Michalak, mais ce dessert n’est pas très gourmand.
Le second dessert est sublime. Visuellement. Il s’intitule Apurimac : chocolat fumé aux sarments de vigne, parfait au Pouilly. Mais l’intérêt est limité et on finit par se demander si ce n’est pas le pâtissier qui a fumé les sarments de vigne.

IMG_2647

IMG_2650

On a eu la chance de visiter les cuisines du restaurant Bernard Loiseau après le coup de feu. Pas de souvenir impérissable, mis à part une mascotte bibendum Michelin qui tronait à l’entrée.
Pour ceux qui recherchent du classique, foncez. Un repas au relais Bernard Loiseau c’est parfait quand on veut se convaincre que la gastronomie française n’a pas changé depuis les années 1970.

RELAIS BERNARD LOISEAU
2 Rue d’Argentine
21210 Saulieu
03 80 90 53 53

5.3
  • 6
  • 5
  • 5

About Author

Leave A Reply

Lire plus :
alt="Big Gay Ice Cream"
WE LIKE | Big Gay Ice Cream – NYC

Calling your ice-cream shop Big Gay Ice Cream looks like a bold move, and I'm not sure New-York...

TOP OF THE MONTH | May 2014

We've been disappointed here and there again in May, but let's put the past behind us and have...

Fermer