Coretta, qui a dit que le 17ème était ennuyeux ?

3

2 GrumCoretta2Qui ne rêverait pas d’avoir un restaurant à son nom ? Il y a un parc Martin Luther King à Paris, et désormais  un charmant bistrot qui porte le prénom de l’amour de sa vie, Coretta. Ouverture récente oblige, obtenir une réservation chez Coretta relève du miracle. En arrivant tôt, vous aurez la chance d’obtenir une table à l’étage, près des grandes baies vitrées qui offrent une vue imprenable sur le parc.

J’entame par les asperges, noisettes et ricotta paccheri. Le jeu des textures est bien maitrisé, les asperges sont juste croquantes et j’adore la rondeur qu’apporte la ricotta à ce plat. Et tiens, ça me rappelle des souvenirs. Mon accolyte se délecte d’une daurade marinée sensationnelle, qui vient avec de l’avocat et du sésame. La marinade à la pomme donne une vraie fraîcheur acidulée à l’ensemble. Nos papilles sont déjà conquises après ces deux entrées.

Coretta1Coretta3

Coretta4 La poitrine de porc est très convaincante aussi, la viande est ultra-fondante et la peau légèrement croustillante. Le morceau repose sur deux gros oignons dont on aurait pu clairement se passer. Si vous cherchez plus de finesse, prenez le lieu, patates douces et purée carottes gingembre. Ce plat, c’était de la dynamite. La cuisson est juste, et surtout on est bluffés par la purée. Le gingembre est bien dosé et apporte une belle touche épicée à la carotte.

Coretta6

Coretta5 Pour le dessert, écoutez la voix d’enfant qui someille en vous et commandez la brioche roulée à la canelle. Elle cuit pendant le repas et arrive encore fumante sur la table dans son pot en fer. Cette pâtisserie typiquement américaine – le cinammon bun pour les experts – est un régal pour les papilles. Le dessus est bien caramélisé et la texture de la brioche est parfaite. La glace vanille complète ce chef d’oeuvre. Mon acolyte est plus déçue par son dessert, une ganache chocolat noir, glace au maïs et popcorn. L’association de saveurs n’est pas une franche réussite.
Pas grave, on oublie ce raté et on note précieusement Coretta dans nos calepins pour le futur. Le quartier des Batignolles, trop longtemps délaissé, s’enrichit donc d’une très bonne table. Comptez une quarantaine d’euros par personne au dîner.

Coretta8

Menu déjeuner à 24€, 33€ et 39€ au dîner.

CORETTA
151, rue Cardinet
75017 Paris
01 42 26 55 55
Quartier : Batignolles/Brochant/Clichy

Newsletter

Share.

About Author

3 réponses à “Coretta, qui a dit que le 17ème était ennuyeux ?”

    • Effectivement, on avait lu très attentivement votre brillante revue avant d’aller y faire un tour. Il semble que Coretta ait corrigé ces quelques erreurs de jeunesse et que la machine soit bien huilée désormais !

Laisser un commentaire