Chatomat, la meilleure table du moment à Paris ?

5

Le Chatomat est un nom qui vous intriguera, c’est sûr. Derrière ce nom se cache l’une de nos meilleures surprises de l’année avec le Neva. Aux commandes de cette micro-table qui compte quinze couverts tout au plus – la réservation n’est pas une option – un jeune couple désarmant de maturité et de talent, passé par de prestigieuses cuisines. Côté salle, une seule serveuse seulement mais elle opère avec efficacité. Passez toutefois votre chemin si le bruit et l’agitation vont font peur ; vous profiterez sûrement des conversations de vos voisins ainsi que de la douce mélodie de la vaisselle tout droit sortie des cuisines. Mais le Grumeau vous assure que ça vaut le coup, notre dîner au Chatomat restera parmi les meilleurs que l’on a pu faire à Paris.

alt="Chatomat Paris"

Pas de formule menu au Chatomat mais les prix à la carte sont doux. Les assiettes sont pourtant dignes des plus belles tables parisiennes, avec la technique et le sentiment qui caractérisent les grands. C’est frais, original, précis, diablement bien exécuté. Et sans chichis. Nous commençons par un amuse-gueule composé autour du hareng fumé, celui-ci est délicieusement fondant. Le jeu des textures est assuré par le croquant des petits légumes qui l’accompagnent et une sauce aux inspirations asiatiques donne son équilibre à l’ensemble.

Mon Chat (on est au Chatomat ou on ne l’est pas) de la soirée entre dans le vif du sujet avec des pâtes fraîches aux ris d’agneau. Les pâtes, al dente, ont la richesse en bouche de leurs cousines transalpines. Quant aux ris de veau, ils sont, selon les mots de l’intéressé, « fondants, dorés comme il faut et leur coupe est bien irrégulière ». Tour de force du Chatomat : sublimer des produits souvent boudés, pas assez nobles pour nombre de palais.

Chatomat-pâtes

De mon côté, j’opte pour les crevettes poêlées, sauce cacahuète, salade de choux et de pommes de terre. La cuisson des crevettes frôle la perfection, la chair est encore tendre sous la surface dorée. L’association avec la cacahuète ne tombe pas sous le sens et c’est pourtant une réussite ; un plat tout en finesse et subtilité qui me fait dire que les crevettes n’ont parfois rien à envier aux langoustines.

crevettes chatomat

Mon compère poursuit avec la joue de bœuf accompagnée de ses petits légumes de printemps. Ça fond en bouche, la texture est délicieusement tendre et le jus bien concentré. La délicatesse de ce plat me conduit de nouveau à reconsidérer mes principes, la joue de bœuf est si fondante que j’en reprendrais bien.
Mon assiette n’a pourtant rien à envier à celle d’en face : lotte pochée, haricots et bouillon parfumé au basilic. Je ne suis pas férue de lotte mais le pochage donne au poisson une profondeur en bouche tout à fait remarquable. Le basilic dynamise l’ensemble. Une interprétation de la lotte du même niveau que celle de Gravelier, mais dans un genre bien différent.

Voilà de quoi me redonner le sourire, malgré mon humeur boudeuse ce soir-là (il faut dire que le Chat avait sérieusement amoché toute une aile de ma voiture en chemin vers le restaurant).

Chatomat-Beef-1024x682

Chatomat-Fish

Nous finissons notre dîner au Chatomat, avec le sourire donc, sur des infusions servies avec de petites mousses au chocolat, bien crémeuses et peu sucrées. Le dîner s’achève comme il avait commencé, en subtilité.

Le Chatomat est un restaurant incontournable à Paris en ce moment, on comprend pourquoi. Une cuisine d’une telle qualité et faisant preuve d’originalité pour une addition qui titille les quarante euros par personne au menu est une sacrée affaire.
Nous vous conseillons de réserver une table près des baies vitrées, parmi les plus calmes.
Et côté prix, ça donne quoi ? Comptez une dizaine d’euros pour les entrées et une petite vingtaine pour les plats.
Courez-y. Le Chatomat vaut bien toutes les voitures du monde. Pour plus d’infos sur les horaires et les réservations, cliquez-ici.

Prix : 28€-40€

CHATOMAT
6 rue Victor Letalle
75020 Paris
+33 (0)1 47 97 25 77
Quartier : Ménilmontant/Belleville/Père Lachaise

Newsletter

8.0 COUREZ-Y
  • QUALITÉ 8
  • AMBIANCE 8
  • PRIX 8

About Author

Co-fondatrice du Grumeau, Alice parcourt inlassablement Paris (et le monde) à la recherche des dernières bonnes adresses.

5 commentaires

Leave A Reply

Lire plus :
Le brunch Holybelly fait beaucoup parler de lui

Avec Holybelly, la rue Lucien Sampaix est vraiment devenue le paradis des hipsters en quête de coffee-shops. Vous...

Le Miyabi | Sens, Bourgogne

N'hésitez pas à faire une halte au Miyabi, ce petit restaurant japonais incroyable situé à Sens, à seulement...

Fermer