6036, retenez bien ces quatre chiffres

10

1 GrumUn code d’entrée ? Le montant de vos factures resto pour 2013 ? Non, 6036 c’est la distance qui sépare Paris de Tokyo. En miles. [Oui oui, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.] La jeune chef, Haruka Casters, vient tout droit du Japon et a travaillé ses gammes dans de prestigieux établissements parisiens. Elle est ensuite devenue second chez Abri, vous savez ce néo-bistro qu’on adore.
Au restaurant 6036, inauguré à l’automne 2013, on ne retrouve pas la brillance et le génie d’Abri certes, mais le sentiment et l’intention sont là. À noter que le lieu est comparable à la taille d’un grain de riz, promiscuité garantie.
L’émotion prend le dessus avec une délicat velouté de potiron. Pas trop crémé, le résultat est élégant, et l’écume à la fleur d’oranger achève de nous convaincre.

alt="6036 restaurant"

Cette délicatesse tranche avec le rentre-dedans de shitake (champignons japonais) au beurre persillé ; l’ail est un poil agressif et masque la saveur du champignon, bref l’équilibre est à revoir. Le poulet à l’aubergine est un met tout en douceur, la chair de la viande est tendre et l’aubergine fondante.
J’allais oublier : ici on partage tous les plats [pas mal si vous êtes en opération séduction], vivement conseillé pour éviter qu’ils n’arrivent en décalé car la chef est seule en cuisine.

6036 restaurant

3H4A3587

On poursuit avec le lotus et le canard fumé au pesto maison. Le lotus est une belle découverte, jusque là je n’en avais entendu parlé que dans les aventures de Tintin. La texture s’approche du navet, mais la saveur est nettement plus douce, pas mal pour balancer le gras et la fumaison de la viande. Quelques chips de lotus apportent de la texture.
La langoustine grillée sauce agrume est magnifiquement cuite et le moins que l’on puisse dire c’est que le jus est sacrément pêchu. Nous sommes carrément tombés en pâmoison devant l’échine de porc, si fondante qu’elle attendrirait un coeur de pierre. Comme si ce n’était pas assez, on termine la partie salée  avec l’onigiri, une interprétation dans les règles du trio riz japonais, saumon et oeufs de truite.

3H4A3596

3H4A3602

3H4A3607

3H4A3610

Pour le dessert, un imposant siphon cake au chocolat et son sorbet au chocolat raviront vos papilles. Malgré ses airs de gros dur le gâteau est tout en légèreté, ça manque même de beurre pour moi. La soupe à l’orange, safran et chantilly, est un régal. Rafraîchissante mais puissante, l’équilibre est parfait.

3H4A3622

3H4A3617

Réservez donc une table au 6036. Au Grumeau on parie que cette adresse va faire le buzz en 2014, si tant est que la chef procède à quelques petits réglages sur certains plats. Espérons que la facture ultra-light (une soixantaine d’euros pour deux ce soir-là) ne gonfle pas trop quand même.

Prix : 16€-35€

6036
82 rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
01.73.71.38.12
Quartier : Ménilmontant/Parmentier/Oberkampf

Newsletter

Share.

About Author

10 réponses à “6036, retenez bien ces quatre chiffres”

    • Quelques grosses approximations comme les shitakés au beurre persillé… C’est un cran en dessous d’Abri, mais il faudra revenir dans quelques mois ;)

  1. Que des commentaires de spécialistes !
    J’irai tester, mais je ne m’y connais pas encore assez pour émettre un avis sûr.
    Très jolies photos encore une fois très alléchantes

Laisser un commentaire